Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
http://miiraslimake.hautetfort.com/

">

puisque le nouvel over-blog est une vraie merde mon futur blog sera (y aller regarder dès maintenant) : http://miiraslimake.eklablog.com
QuAnd celui-ci s'arrêtera il faudra aller chercher la suite à cette adresse
VOXimage.png

  "Sur vojo de l'vivo nun vagas mi sola,
Senzorge al kie la tempo min blovas;
Ĉar, kvankam min celus eĉ vorto konsola,
En aĝ' mia nuna mi vivi ne povas" (Edmond Privat)Presidentielles 2012 sortie de l'euro 
Union populaire republicaine
q uand ce blog s'arrêtera il faudra aller le chercher sur cette adresseand celui-ci s'arrêtera il faudra aller le chercher à cette adresse

Texte Libre 1 en-tête

VIVE LE MRAP ! VIVE LES CATHOLIQUES !

le scandale du siècle Durant 50 ans on a cultivé l'horreur de l'URSS son totalitarisme, sa barbarie cauteleuse, ses flics puants, son intrusion dans la vie privée des gens, on nous a fait peur de ce contre-modèle c'était l'abomination le danger qu'on opposait à nos pays civilisés et libres Et dire qu'on était prêt à faire la guerre pour ne pas tomber dans une telle société maintenant on les imite! en pire ! u-p-r Asselineau le seul qui interdira les RFID LA Banque Centrale Européenne n'est « INDÉPENDANTE » que d'une seule chose : DU SUFFRAGE UNIVERSEL  Arnaques de la GRANDE DISTRIBUTION Turquie état policier barbare pour nos enfants nos familles la société Refus TOTAL directive scélérate Les américains ont PEUR de s'indigner c'est le but recherché Morts etat-d'Anne  LES MOTS argument de mouton fasciste DEFENSE des DATES seuls ceux qui ont connu ça comprennent horreur Mépris des gens atteintes à leur dignité et conditions de vie ce qui viendra après LES LABOS  Marksaj studoj

à BAS l'invasion amerloque ! à bas l'anglicisation obsessionnelle d'OVER-BLOG !!!

Recherche

Texte libre 2 en bas à droite

Un seul Etat ce n'est pas l'apocalypse ni la fin du monde

on n'avait plus entendu ce genre de propos depuis la fin de l'URSS et du KGB

avant la purification ethnique 
v"ce qu'il y a de terrible quand on cherche la vérité c'est qu'on la trouve"
v Kawther Salam
ECOUTER en LISANT:

un peu de métaphysique

un chagrin insondable

v Shajarian :

Kazi Nazrul Islam le grand poète bengali


Dum vivas mi :

*Le Temps des Fleurs (et le temps où Dalida vivait)

* Un jour tu verras 

Steve Reich:

 

BRUCH le plus puissant concerto 

Ils disent

 Natacha Atlas :


Savoir, résister, avant qu'il ne soit trop tard

des choses que vous n'avez pas vues à la télé

(que réfléchissent ceux qui se chauffent au fuel: Est-ce que vous retrouvez vos chaudières effondrées après une nuit de fonctionnement?)

v la fatwav les humanistes commencent à prendre peurv Espace Libre

par exemple

les "experts" en qui on met notre confiance sont achetés et mententv

SAVEZ-VOUS QUE MAINTENANT IL Y A UN DICTIONNAIRE chinois- français SUR INTERNET ?

v sud de l'Iran
v les couleurs de l'INDE

v mousselines: "vents tissés" disaient les romains

histoire de l'INDE - 1ère partie

nostalgie d'Alger

l'argentine  est un des plus beaux pays au monde
v à la frontière Sino-Mongolev monts Altaï en Sibérie:  Fabuleux !v la Pologne

on vous donne des idées caricaturales sur les gens,
les trouvez-vous vraiment "constipés" ces iraniens? :
sauf comme tout le monde quand ils sont sur la  tombe de leur mère

v devant une logique comme celle-là le refus doit être total ! v  

Un texte capital à lire "comme boivent les poules: en relevant fréquemment la tête pour faire couler" : Le racisme anti-pauvres

toutes les espèces végétales et animales aves liens images etc
 SEA SHEPHERD

La végétation d'Uruguay

TOUTE l'actualité scientifique

DANIEL faisait partie du "Mouvement du Graal"en mémoire de lui les voici

présentation

 

v ATTRACTEURS ETRANGES v fractales v Morphogénèse

v NOUVEAU ! Un portail sur le monde musulman

carnets de poésie

Comte-Sponville

MES PIEDS SE SONT SEPARES DE TES PIEDS

La nature vampirique du capitalisme actuel qui vit de suçer la vie des êtres et des peuples":
Le capitalisme est devenu le plus grand ennemi de  l'individu
vie cauchemardesque des américains de classe moyenne
v une vision autoritaire et monochrome de la société


archives totales ">

texte libre 3 = vrai accès aux archiv

8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 22:00
d'Emile Verhaeren:


vent' novembra


                          Sur erikej’ senfine longa jen

                          Vento kornante pri novembr’

 

Sur erikej jen senfine

Jenas la vent’ !

Ke ŝiras sin, pecigas sin 

Per peza spir’ batas urbojn

Jenas la vent’ !

Sovaĝa vent novembra !


Ĉe l’putoj farmbienaj

La feraj siteloj kaj pulioj

Knaras

Ĉe l’cisternoj farmbienaj

Siteloj, pulioj

knaras kaj krias

Tutan morton diras ties tristo.


Balaas vento laŭ l’bordon

La betulfolian verdon

Sovaĝa vent novembra

L’Vento mordas inter branĉoj

Al birdnestoj

L’Vento feron skrapas

Kaj lavangojn fore kombas

De Vintro l’maljuna, furiozas

Furioze la vent’,

La sovaĝa vent’ novembra.







Esperantigis Roland PLATTEAU 26/11/2003

Partager cet article

Repost0
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 12:01

Iras abiturient'

de K. KALOCSAY

el Streĉita kordo, 1931

Dum splena hor', ĉagrena hor'
Ĉe l' kor' min ekkaresis
Arĝentsonor' de l' rememor'
Pri l' tempoj, kiuj ĉesis.

Ĝojriĉa temp', feliĉa temp'
De l' knab' facilanima!
Ho, viv-abund' en korprofund'!
La viv' estas senlima!

Senpena sort' kaj plena fort',
Amika rondo varma!
Kortuŝa fid', plenbuŝa rid'
Pri ia farso ĉarma!

Ho, ora viv', ĝojflora viv',
Flugiloj ĝojfrapantaj!
Malĝoj' kaj dub'? Facila nub'!
Projektoj dolĉe vantaj!

Studenta temp'! Ho, venta temp'!
Aĝ' de printempa vento,
Aĝ' de April': en blanka bril'
Burĝonas knabosento:

Naiva am'. Je kiso jam
La lip' soifa estas
Kaj per admir' la amdezir'
La amatinon vestas.

Naiva poz': he, sen ripoz'
Nur supren sur deklivo!
Infana sonĝ', ho, vana sonĝ',
Ĉar vekas zorg' de l' vivo...

Reportu brilon al la malĝojkanto,
Malnova, kara kant', adiaŭkanto:

Iras abiturient'
Jam for...
Adiaŭ, kamarad-taĉment',
Jam for...
La voj' alhejma antaŭ mi,
Filistro estos ankaŭ mi.
Jam for... al voj'...
Ni kisu nin je l' lasta foj'.

Infan sonĝ', ho vana sonĝ',
Ĉar vekas zorg' de l' vivo,
Kaj svenas ĝoj', kaj venas voj'
Malsupren sur deklivo.

En juga dev' la fluga rev',
La sonĝa mond' ekpalas,
Flugila sving' sen cel-ating'
Lamiĝas, kaj -- ni falas.

Nenie sav'. Eĉ ama rav'
Ne helpas por leviĝo,
Ĉagrenos nin, ke venos fin':
Aŭ tromp', aŭ senreviĝo.

Kaj post esper' la malprosper'
Eterna kaj rigida,
Splenigas nin, plenigas nin
Per saĝ' vingr-acida:

Por kio lukt'? Acida frukt'
Ja estas la espero,
Kaj ĝi de sur branĉ' sen matur'
Defalos al la tero.

Do, lasu nur: viv' pasu nur,
Ĉar estas ver' ordona,
Ke estas mond' kaj restas mond'
Malĝoja kaj malbona.


Ho, ploru, ploru kun la ekploranto,
Malnova, kara kant', adiaŭkanto:

Iras abiturient'
Jam for...
Adiaŭ, kamarad-taĉment',
Jam for...
La voj' alhejma antaŭ mi,
Filistro estos ankaŭ mi.
Jam for... al voj'.
Ni kisu nin je l' lasta foj'






Ĉiuj la poemoj de Streĉita kordo  legeblaj !
ĉi-tie:
http://www.freeweb.hu/egalite/kalocsay/strecxita.htm
mi precipe konsilas legi:
Homo
kaj
Maja Idilio

Partager cet article

Repost0
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 20:19

En espéranto aussi on peut écrire des loufoqueries pleines de fantaisie et du plaisir des mots et des sons, et on peut y traduire du "nonsense" anglais, témoin ce poème d'Edward Lear: La chouette et le chat

plezuro! :
                                        (kaj poezio! ĉu vi sentas?)
                           

La Strig' kaj la Kato

La Strig' kaj la Kato en verda boato

ekvelis kun kargo abunda,

mielo por manĝi kaj mono por ŝanĝi

en Angla bileto kvinpunda.

Sub nokta stelaro kun eta gitaro

ekkantis la Strig' pro inklin',

"Ho bela vi Kato! Ho mia amato!

Ho Kato vi ravas ja min,

                ja min,

                ja min!

Ho Kato vi ravas ja min!"



La Kat' aklamanta "Vi bird' eleganta!

Vi kantas ĉarmege ulule!

Ho ni geedziĝu! Hezit' ne estiĝu!

Sed havas da ringoj ni nule!"

Tra jaro plus tago ekestis vojaĝo

al land', kie kreskas bonguj',

kaj jen en arbaro renkontis la paro

Porkidon kun ring' en naztru',

                naztru',

                naztru'.

Porkidon kun ring' en naztru'.



"Jen unu ŝilingo por via nazringo!

Ĉu bone?" La Porko kvitigis.

La tagon pli poste la paron senkoste

Kok' hinda sur monto ĵurligis.

De ment' la foliojn kaj cent cidoniojn

ili manĝis per runca kuler',

festenis lunlume kaj dancis brakume

sur plaĝ' en la nokta aer',

                aer',

                aer'.

Sur plaĝ' en la nokta aer'.




Edward LEAR

                Tradukita de Simono PEJNO

 

 

Noto: La radikoj "bong'o", kaj "runc'a"

havas kompreneble neniun konatan signifon !


Et voici quelques espérantistes également assez innénarrables et allumés qui ont créé une "République Espérantiste en Exil" avec plein de ministres plus pittoresques les uns que les autres:

petolema esperantismo 
http://esperantarespubliko.blogspot.com/

Partager cet article

Repost0
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 19:25
Si vous vous demandez "Qu'est-ce que ça peut bien apporter l'Espéranto", eh bien ça par exemple:

Réponse de Claude Piron  à une enquête sur cette question:

 

"Ma vie d’espérantiste est tellement riche en souvenirs agréables, qu lorsque j’ai décidé d’accéder à votre demande, mon esprit s’est mis à ressembler à une nuée d’enfants impétueux qui se poussent l’un l’autre à l’envi parce que chacun et chacune veut vaincre les autres dans l’espoir d’être choisi. En fait un a réussi à prendre le dessus, quoique, à mon avis, il n’a pas plus de mérite que les autres. Le voici.


J’ai travaillé plusieurs années auprès de l’Organisation Mondiale de la Santé. Quand je quittai cet organisme pour fonder un cabinet privé, il continua néanmoins à m’embaucher une ou deux fois par an pour de courtes missions, car je pouvais établir les actes d’une discussion portant sur des problèmes sanitaires en utilisant quatre ou cinq langues, dont le chinois et le russe, et il n’y avait pas beaucoup de personnes capables de faire ça. Une fois, dans les années 70 ils me demandèrent si j’acceptais d’aller à Alma Ata (maintenant Almaty) au Kazakhstan, pour travailler dans le cadre d’une conférence internationale qui devait discuter de l’organisation des services sanitaires de base. Il m’est toujours agréable de découvrir de nouveaux pays, aussi acceptai-je avec plaisir. Juste avant cette conférence j’avais travaillé en une autre mission aux Philippines, et quand j’arrivai à l’aérodrome de Manille pour prendre l’avion pour le Kazakhstan, en passant par Delhi (Union Indienne) et Tachkent (Ouzbékistan) je fut surpris de rencontrer là quatre ex-collègues, qui eux aussi étaient en route pour Alma Ata. Nous prîmes tous le même vol de Delhi à Tachkent. A cette époque l’Ouzbékistan et le Kazakhstan faisaient encore partie de l’Union Soviétique.


Quand je dois voyager je me mets toujours en rapport avec les espérantistes locaux, car c’est un bon moyen de découvrir le pays par des contacts personnels. J’avais donc préalablement écrit au délégué de l’UEA à Tachkent pour l’informer de ma venue. Il répondit qu’il m’accueillerai à l’aérogare – ce qui était vraiment gentil de sa part, car les délégués ne sont pas supposés se gêner à ce point – et il me demanda de lui envoyer une photo pour qu’il puisse me reconnaître d’emblée. Quand notre petit groupe atteint le hall d’arrivée, seules quatre personnes se trouvaient là à attendre les voyageurs. Deux se tenaient dans le coin gauche, deux dans le coin à droite. Le contraste entre leurs visages et leurs attitudes était frappant. Les deux premiers paraissaient déprimés, sans joie, accablés de soucis, les deux autres pleins de vivacité et d’enthousiasme.


« Saluton ! » Ce mot résonna fortement dans le hall. Il provenait du coin droit. Les deux hommes qui se tenaient là vinrent vers moi presque en courant et m'étreignirent, comme si nous étions des parents qui s’aiment et qui ne se sont pas vus depuis des décennies ou même plus. Mes collègues étaient estomaqués. Ils ne pouvaient imaginer qui étaient ces deux hommes, apparemment des membres de la famille d’un collègue qui ne leur avait jamais dit qu’il connaisse qui que ce soit en Asie Centrale soviétique, même durant notre vol dans l’avion. C’était d’autant plus incroyable qu’à côté d’un quadragénaire qui avait le même air, mis à part les vêtements, que n’importe quel européen ordinaire, se tenait un ouzbek de peut-être 25 ans, avec des cheveux noirs de jais des yeux bridés et des traits clairement asiatiques. Il était un scientifique et le président du club espérantiste local ; son compagnon était le délégué de l’UEA, et d’origine ukrainienne.


Une fois que nous trois nous mêmes à discuter en un Espéranto volubile, les deux « tristes » s ‘approchèrent de notre groupe. Ils expliquèrent qu’ils étaient des médecins travaillant pour le Ministère de la Santé ouzbek, et qu’ils avaient été envoyé à l’aéroport pour nous souhaiter la bienvenue. Ils nous parlaient en un anglais assez laborieux et avec un accent russe très prononcé.


Allons manger, je vous invite, tous ! «  dit le jeune ouzbek – c’était l’heure de souper – mais quand je traduisis pour mes collègues, ils hésitèrent. « Nous devons refuser. Il ne nous connaît pas, pourquoi est-ce qu’il nous inviterait ? » Quand j’expliquais leur réticence, le jeune président me demanda de dire que c’est l’hospitalité ouzbek, et il nous conduisit vers un restaurent voisin. Nous le suivirent tous, y compris les deux docteurs du Ministère, qui avaient l’air de plus en plus mal à l’aise.


Le repas fut des plus agréable. A mon bout de table nous discutions de politique et d’affaires sociales en un parfait et rapide Espéranto. Mes collègues ne comprenaient pas tout, mais ils repérèrent suffisamment de mots internationaux pour savoir de quoi il s’agissait. Ils me dirent par la suite qu’ils ne pouvaient en croire leurs oreilles. Discuter en Union Soviétique de tels sujets, et  visiblement sans même la moindre inhibition …. Comment cela était-il possible ?


« C’est vrai que vous parlez vraiment cet Espéranto ! » dit mon collègue Mauri, alors que nous allions à l’hôtel. Mauri et moi travaillâmes dans la même unité pendant au moins sept ans, et je lui avait souventes fois vanté les éminentes qualités de l’Espéranto, en particulier pour ce qui concerne la communication internationale. Je lui avais souvent dit que cette langue est facile et riche, que je n’avais aucun problème pour y atteindre un niveau élevé, et que je la parlais souvent, car je collaborais dans mon pays au Centre Culturel Espérantiste. Donc il devait déjà être au courant de mes capacités à la parler. Mais avant de m’avoir entendu ce soir il ne prenait pas au sérieux mes propos. La différence entre mon affirmation répétée et l’image qu’il se faisait de cette langue – un projet, un lointain idéal, un hobby sans valeur pratique – me frappait comme un phénomène vraiment intéressant. Il semble que l’Espéranto, même décrit sur la base d’une expérience personnelle, se situe dans la sphère des histoires qu’on ne peut croire ou qui ne méritent pas d’être crues.


Les autorités locales avaient prévues que le lendemain le groupe de l’OMS ferai tour  de la ville en compagnie des deux docteurs tristes.


« N’allons pas avec eux, nous visiterons la ville en privé » me dit le jeune scientifique après le souper, et, en effet il arriva à notre hôtel le lendemain matin. Mes collègues entrèrent dans le minibus de l’Inturist, tandis que moi je montais dans la voiture que l’espérantiste ouzbek avait empruntée à son bureau. Pendant quelques minutes nous suivîmes le minibus touristique, mais bientôt nous choisîme un autre chemin. Le jeune ouzbek me montra des choses – par exemple des quartiers sinistres aux maisons vétustes et mal construites – que le groupe « officiel » ne vit jamais. Une fois nous passâmes sur un pont, et je demandai à mon nouvel ami comment se nommait la rivière sur la quelle nous passions. « Ce n’est pas une rivière. » répondit-il « C’est un canal. Il a été construis par Cyrus il y a très longtemps, à l’époque où nous jouissions du bonheur d’appartenir à l'empire Perse. »


Malheureusement je ne disposais pas de beaucoup de temps. Quelques heures plus tard je devais être à l’aéroport pour prendre le vol Aeroflot en direction d’Alma Ata. Là je me trouvai confronté à un problème imprévu : comment trouver dans mon sac déjà plein à rabords la place pour l’énorme pastèque que le jeune ouzbek avait absolument voulu que j’accepte, déclarant qu’on était dans la région où pousssent les meilleurs fruits de toute l’URSS. J’espère qu’il ne lira jamais ce texte, car je dois avouer à ma grande honte que, ne trouvant aucune solution au problème, je laissais la pastèque sur un banc dans l’aérogare.


Dans l’avion je n’arrêtais pas de me creuser l’esprit au sujet de sa confiance. On était en Union Soviétique, à une époque où le régime communiste faisait la chasse aux « pensées incorrectes » avec une fièvre impitoyable. Il ne pouvait savoir si j’étais ou pas un communiste capable de le dénoncer. Etait-il simplement un insouciant à la tête légère, dont la devise serait « j’en ai rien à cirer » ? Invraisemblable. Les gens de cette espèce sont généralement superficiels, ce qu’il n’était en aucune manière. Notre discussion avait été profonde, sans tabous, et nous avions traité des problèmes graves avec sérieux. Il est vrai que dès la première seconde, quand nous nous sommes rencontrés dans l’aérogare nous avons senti une communauté spirituelle. On peut transmettre et recevoir beaucoup de choses en un seul regard. Cependant était-il possible de risquer sa vie, ou au moins sa liberté, sur la base d’une simple intuition ? C’est peut-être à cause de cette confiance qu’il m’avait manifestée que cette expérience s’élève plus spécialement parmi tous ces nombreux souvenirs."

 



Claude Piron

Genève, 15 mars 2006

Partager cet article

Repost0
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 11:22
en espéranto aussi il y a des vers "incontournables" ...

.....

L'arbar' gardstaras post ni, kaj ĝin mute
La sun' surŝutas per radiogarboj,
Mi tenas vian manon; lante, tute
Enretas nin la bunte brilaj farboj,
Kaj, kiuj foje en ĉerkoformo glute
Nin manĝos: ie staras jam la arboj ....


 

( "Adiaŭ" Frohleiten, Stirio,
Lajos Tarkony, alias Ludoviko Totsche)




Partager cet article

Repost0
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 19:24


Silento

 Andrés Eloy Blanco

Kiam iĝos vi senvoĉa

kiam iĝos mi senvida,

al ni restos la manoj

kaj la silento.

 
Kiam vi estos senviva,

kiam mi estos mortinta,

ni entombiĝu kune

kaj en silento;

 
Kiam iĝos vi maljuna

kiam mi jam estos olda,

al ni restos la lipoj

kaj la silento.

 
Kaj kiam vi reekvivos,

kiam mi vivos denove,

ni ree enamiĝos

en silento

Partager cet article

Repost0
12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 10:28
Pasis for dek jaroj inter viv’ kaj morto.
La sopir’ jam ĉesis, tamen en memoro
ŝia tomb’ soleca trovas sin en foro.
Kien mi konfesu de l’ dolor’ la vorton?
Ŝi min ne rekonos pli jam post dek jaroj,
kun vizaĝo polva, blankaj tempi-haroj.

Jen subite ŝi revenis je dormhoro,
ĉe l’ fenestro hela kombis ŝi la harojn.
Ni nin fiksrigardis en larmoj amaraj.
Nun eksciis mi jam, kie la doloro?
En la luna lumo, ĉe l’ eta pin-monto
kuŝas ŝia tombo en transtera mondo.
Su Ŝi   (1037-1101)

 

(el la ĉina: Armand Su)

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 16:24


"Malapero de naturo neeviteblas, ĉar ĝi volatas de la la nova ekonomia potenco. Kial ?

Trikiale :

1- Malapero de naturo kaj plialtiĝo de poluo igos la unuopulojn eĉ pli dependaj de la ekonomia sistemo por sia pluvivo, ebligos naski novajn profitojn (inkluzive pli grandan konsumadon de kuraciloj kaj kuracistaj servoj…)

2- Aliflanke naturo konsistigas valorcentron alifonte, universon. Kontemplado al beleco kaj perfekteco de tiu ĉi tereno estas ordosubfosiga : ĝi alvenigas la personon al forĵeti malbelecon de la urbigitaj ĉirkaŭaĵoj kaj pridubi socian la ordon, kiu nepre devas resti la ununura valorfonto. Urbigo la medion ebligas enmeti la loĝantarojn en loko plene subkontrola, prigvatata, kaj kie la unuopulon sorbas socia ordo.

3- Krome kaj krone kontemplado al naturo instigas revon kaj plifortigas enmensan vivon de individuoj, malfaldiganta ilian sentokapablon propran, kaj tial ilian liberan volon.

Ili detiam ĉesas fasciniti de la varoj, ili fordirektiĝas el la televiadj elsendoaĵoj celantaj ilin stultigi kaj ilian menson regi. Elkatnitaj, ili ekelpensas pri alian socion eblan konstruita sur aliaj valoroj ol profito kaj mono."

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 09:35
Aziyadé estas romano verkita de Pierre Loti en 1879. Tiu kortuŝa "romano" fakte estas aŭtobiografiaĵo, apenaŭ "aranĝita", aŭ cenzurita, ĉe kelkaj detaloj. Pierre Loti estis tiuepoke mararmea oficiro sur franca ŝipo ankrita en haveno de Saloniko, komence, Konstatinopolo poste. La vera amato de Pierre Loti nomiĝis Hatiĝe. tiu amo efektis lian tutan vivon, ne nur stampante la senton pri la tragikeco de l'homa vivo, kaj ankaŭ tutviva favoro al Turkio kaj turkoj, sed ekzemple li finfine venigis en sia propran domon la tombŝtonon de Hatiĝe/Azijade.




Eltiraĵoj el « Azijade »     de Pierre Loti

 


ĉapitro XLIX :

 


Kaj poste ŝi pensadis al l’estonto, je tiu estont’ nekonata kaj malklara, kiu fascinis sian penson.

Maljuneco, - afero tre fora, kiun ŝi ne bone prezentis al la menso… Sed kial ne maljuniĝi kune, kaj interami plu; - interami eterne en vivo, kaj post vivo.

- Sen koĝa, ŝi diris (vi estos maljuna); ben koĝa ( mi estos maljuna)...

Tiun lastan frazon ŝi apenaŭ elparolis, kaj laŭ ŝia kutimo pli bone mimikis ol diris; Por diri: „Mi ’stos maljuna“ ŝi rompigis sian junan voĉon, kaj dum sekundoj kelkaj ŝi kuntiriĝis tiel, kiel maljunulineto, kurbigante sian korpon tiom plena je arda kaj freŝa juneco.

- Zarar jok (ne gravas) estis la konkludo ; Ne gravas, Loti, ni amos nin ĉiam.

 


Ejub, februaron 1877


Kiom malordinara eko, se pensi pri tio, tiom komenco de la nia historio !

Ĉiaj malsingardoj, ĉiaj mallertaĵoj kolektitaj tag-post-tage dum monato en celo plenumi rezulton en si mem neeblan.

Sinvesti kiel turko en Saloniko, en kostumo, kiu al ĉiu iom atenta okulo, pekis eĉ nur rilate ĝustecon de l’detaloj ; tiel piediradi traurbe, dum nura demando farita de preterpasanto povus perfidi kaj perdi la riskeman « ĝiaur »-on ; amindumi al islamana virino sub ŝia balkono, senantaŭaĵa entreprenitaĵo en arĥivoj de Turkio, kaj ja tio ĉi, diable ! simple por forkuri vivenuon.



lasta ĉapitro :


La malvarmaĵo, kiun mi tenis premege inter brakoj, estis marmorŝtono enfostita en grundo.



Por ŝi, kiu tie kuŝas, mi ĉion forgesis!....
Amis ŝi min, per amo plej profunda kaj plej pura, plej humila kune; kaj ŝi mildege, lentege, malantaŭ kradoj de l’haremo, mortis pro doloro, ne sendinte al mi plendon. Ja aŭdas mi plu ŝian seriozan voĉon diri: „mi ’stas nenio pli ol eta ĉerkesa sklavino, mi...Sed, vi, scias vi; foriru Loti, se tion vi volas; agu vian volon!“



Suno subiĝintis malantaŭ la sankta monteto Ejubo, kaj somernokto klarega sin metis sur Osman-heredaĵo …

…Tiu abomenaĵo, kiu troviĝas sube ĉi, tiom proksime al mi, ke mi ektremas, tiu abomenaĵo jam vorita de l’tero, kaj kiun mi ankoraŭ amas…Ĉu ĉio jen Dio ?…Aŭ ĉu eble estas nedifinita resto, spirito, kiu ŝvebas ĉi tie en pura l’vesperaero, io, kiu povas vidi min, ankoraŭ plorantan tie surĉitere ?…

Dio mia ! por ŝi mi apenaŭ ne preĝas ; mia koro, malmoliĝinta, fermiĝinta kontraŭ farseco de l’vivo, nun malfermiĝas al ĉiuj dolĉaj la eraroj de l’homaraj religioj, kaj faladas larmoj miaj sur la nuda tero. Ĉu ĉio eble ne finiĝas en malluma la pulvoro, tion mi eklernos eble baldaŭ, mi estas provonta morti, por ĝin scii…




(NB : la tripunktoj estas en la teksto mem)

Esperantigis R. platteau 16/11/2004

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 13:38
De Mikaelo Bronŝtejn
Amu min  (aimes-moi, tant que je suis en vie ...) :
la vortoj

Kaj :
kantita de ĵomart kaj Nataŝa (kliku sube por aŭdi)

Partager cet article

Repost0

2CCR

ALAIN BENAJAM
un paysan de l'Allier

http://www.petitions24.net/forum/47277
 Quand on vit dans l'Europe actuelle,on comprend le dégoût et la haine que les gens d'Europe de l'Est avaient pris pour la langue russe
une effarante chape de plomb médiatique pèse sur le basculement linguistique en cours
    defenselanguefrancaise.org Aujourd'hui il y a sur les murs de Paris plus de mots anglais qu'il n'y avait de mots allemands pendant l'Occupation (Michel Serres) Seuls les banquiers peuvent voler le peuple en plein jour sans avoir la police aux trousses...Jovanovic : il faut NATIONALISER LES BANQUES sans aucune indemnité, et mettre au point un tribunal pour les traduire en justice

le NWO alias le N.O.M. = Nouvel Ordre Mafieux

M'ame MEDEF et la  police

Pièces et main d'oeuvre
Olivier Demelenaere

ANONYMOUS
CHISTOPHER BOLLYN 
 INFOSYRIE
TOUCHE PAS à MON LABO !
La misère a un sourire tu sais?  oui je sais
...
SaveFrom.net  
Réseau Voltaire France

Mon site en Espéranto
BASTAMAG

Il faudra bien tenter de trouver des réponses, même si celles-ci peuvent s’avérer explosives 

une vraie civilisation : CAHIERS DE COUTURE

le dissident de Genève

MANIPULATION TOTALITAIRE DIGNE DE L'URSS   Les millliards perdus du Pentagone

Le soupçon d'ue manipulation d'Etat

donner la parole au peuple

ESPERANTO

Le plus grand dictionnaire  espéranto-français en ligne !

FUMER TUE ! CRAC BOUM HUE !

pour écouter ci-dessous cliquer dans le rectangle noir !

tiens des femmes portant un "voile islamique"

dictionnaires multilingues, exemple

Tous ses nouveaux articles sont du plus haut interêt

ambiance de merde, société détraquée et psychosée, rumeur meurtrière, flicaille 1 mort innocent tué par la bétise des gens 

"Tout pouvoir corromp, tout pouvoir absolu corromp absolument" il n'y a pas de pire poison de PIRE en PIRE

 Les pilotes français des avions qui ont fait ça vont-ils être poursuivis par leur conscience pour le restant de leur vie  ? 

Kadhafi (القذافي) dans l'intimité

LABOURSTART

Les-diables-sont-déchainés

Earth Liberation Front

Front de Libération des Animaux

Phil Glass NIGHT TRAIN SaveFrom.net

Mendelssohn Menuhin Furwangler SaveFrom.net

BRAVE NEW WORLD

on réédite les erreurs des années 20 
Forces international

IMMONDE FRANCE transformée en cauchemar !créez des fonctionnaires
Saddam face à l'histoire  

le racisme est en dernière analyse un racisme anti-pauvres reflechissez ... à quand une assoc anti-raciste pour défendre ceux-ci ? ça risque pas: les assoc anti-racistes sont composées de riches et de bourgeois !  L'Occident va crever de ne plus se toucher 

DES GENS 15è arrond. Quand Paris était encore une ville du peuple
défendons la langue française
et les autres domo dico 

 

 

La vraie vie  reconnaitre les papillons  découvrir le monde des insectes: FABULEUX!
http://fauneflore06.site.voila.fr/pages/insecte/insecte.htm#Ordres 

tous les oiseaux leur chant etc

France actuelle: HORREUR ABSOLUE à quoi on nous prépare 

17 mesures d'URGENCE
le monde dont nous voulons le contraire de celui qu'on nous impose  tout ça va bientôt être INTERDIT par les arrêtés municipaux fascistes détraqués

http://dont-stop-the-chicha.skyrock.com/

"il va falloir reconnencer à sculpter les facades des maisons, à vivre dans le beau, pourquoi toujours la merde et la sous-merde ?!"

ne pas laisser tomber avant d’avoir commencé, nos enfants ont besoin de nous

dépéchez-vous avant que les règlements municipaux n'interdisent de mettre des plantes odoriférantes dans son jardin: semences BIO de fleurs et de légumes rares 

Joseph Moshe? on a retrouvé Joseph Moshe ! mais comment se fait-il qu'aucune date de liberation n'est indiquée, ni de jugement? et comment se fait-il qu'aucun journaliste n'a pris la peine d'aller le visiter pour en avoir le coeur net sur ce qu'il est?

Diana

Il y a eu 2 génocides, sauf que le deuxième n'a bénéficié d'aucune commémoration

http://www.parasciences.net/

CABANES DANS LES ARBRES

TOUTES LES GALAXIES !

KURT SONNENFELD

Bruxelles 11 septembre 2008

vidéo à regarder jusqu'au bout, c'est là que se trouve le plus important !!

petit à petit ça se sait LA NATURE DU CAPITALISME et la psychologie de ses "kapos"

Chute libre dans la barbarie tout citoyen français vit maintenant dans une insécurité de tout instant, à chaque moment un cauchemar ignoble peut s'abattre sur lui quand on vous disait de pire en pire contre ces horreurs, ce cancer qui ronge la FRANCE lapétition 

pour le receuil de témoignages

la France montrée du doigt par Amnesty International pour les excès de la police et  l’impunité dont jouissent leur auteurs (la Chine nous donne une leçon !)  faute de structure d’enquête indépendante et avec une justice plus prompte à classer les affaires qu’à les juger. et voilà un qui lâche le morceau et explique beaucoup de choses - un témoignage de l'intérieur! - plein d'exemples de cette mentalité Tout ça vient de leur impunité
 http://outre-vie.forum
poésie et astronomie

poésie de Francis Jammes
* discours anti-secte comme support de l’idéologie néolibérale *
apparitions en Egypte

 Daninos disait: "L'esprit, comme le parachute, doit être ouvert pour fonctionner."
* les OVNIs en Argentine 



la lettre de la vieille dame :

les Bistrots Résistants

NB : pour regarder cette vidéo il faut cliquer sur le titre "les Bistrots Résistants" en bleu sous le cadre, qui sert de lien avec le site Dailymotion. Là, la video fonctionne et peut être visionnée

 

Ne plus respecter les lois liberticides
 
Zygmunt Bauman
"On a beau parler des droits de l'homme, il faut d'abord respecter l'individu et sa liberté. Sinon, c'est du vent, un beau discours qui ne sert à rien à nous les vivants." (Gao Xingjian)

PAUVRE ARGENTINE!

SANS DROITS SANS VOIX

féroce inégalité des sexes ! quand cela cessera-t-il ?
l'affaire Fortin
halte à l'inhumanité du racisme anti-homme !

papillons  - en 2008  carabus coriaceus ?
oiseaux  dictionnaire HINDI

c'est délicieux  !

cuisine de Rosine
cuisine syrienne
v Merveilleux tableaux

vun miracle nommé Bubulle
une analyse sociologique lumineuse des dérives actuelles :

le critère? être minoritaire !!

"nos impôts utilisés à payer des hystériques qui traitent de secte tous ceux qui ne se soignent pas ou ne pensent pas comme tout le monde."dry.gif

la-delation-aveugle/

"L'enfer est pavé de bonnes intentions" v


">

texte libre 4 en haut à droite

texte libre n° 2 à droite au milieu

ECOUTER en LISANT: (Phil Glass)

années 50 époque moins constipée que maintenant qu'est-ce qu'on vous regrette !
Je suis un sentimental - Eddie Constantine SaveFrom.net

NOUVEAU:  ICI LES CHANTS DE TOUTES LES ESPECES D'OISEAUX DU MONDE ENTIER  

Voyages en ASIE

 

FLORE EN LIGNE !

identification des plantes

identification des fleurs composées (à capitule)

herbier très détaillé des espèces les plus courantes

 

IMMONDE ! on se croirait en URSS !

alors la frontière n'existe plus: http://www.maitrepo.com/a

Haïkus

jouer au TAROT : télécharger

rue Affre  

  Fabuleux ROSSINI SaveFrom.net
v Abdelhalim Hafez

v "ah  mais ça ne finira jamais"
v Je veux dire au monde une histoire
*pour découvrir le monde des insectes, FABULEUX!
http://fauneflore06.site.voila.fr/pages/insecte/insecte.htm#Ordres
c'est vrai, en France aussi on ne voit presque plus jamais de mouches! comment ça se fait?

tous les oiseaux, chants, etc

situation  terrifiante

v NOTRE PLANETE INFO

Que reste-t-il de la démocratie?
Une vraie société c'est ça

une évolution politique véritablement glaçante  

le vin le meilleur aliment anti-vieillissement:

¿Seremo entregados a los barbaros fieros?
¿Tantos milliones de hombres hablaremos inglés?
¿No hay mas nobles hidalgos ni bravos caballeros ?
¿Callaremos ahora para llorar despues? (Ruben Dario)

patriotisme pas mort vive la Russie !



Tites boules émotives pour vos commentaires
                                     
 
                

PLIAJ MIENETOJ

d'autres ici

nous ne sommes qu'une poignée à percevoir la gravité du phénomène et ses menaces sur les libertés individuelles.pureté et santé ces notions ont été un cocktail explosif chaque fois que l'Etat s'est focalisé névrotiquement dessus n'est-ce pas ?le tabac comme "rideau de fumée" 

le si beau et si expressif visage de barbara !  on aurait envie de le couvrir de baisers  "Quand reviendras-tu ?"

NB : pour regarder cette vidéo il faut cliquer sur le titre " Quand reviendras-tu?" en bleu au-dessus du cadre,ili sert de lien avec le site Dailymotion. Là, la video fonctionne et peut être visionnée



http://www.lipsheim.org/forum/agora/
*
éthique des bistrots versus milices 

1/ Ne plus être muet : faire circuler ces informations autour de soi.
2/ Ne plus financer la mondialisation : consommer uniquement local, régional, artisanal.
3/ Ne plus respecter les lois liberticides : désobéir.
4/ Ne plus consommer la propagande : jeter sa télévision et sa radio.
5/ Ne plus être invisible : parler, faire du situationisme, occuper la rue.
6/ Ne plus être un esclave : devenir paysan, artisan, commerçant, indépendant.
7/ Ne plus être dépendant : devenir autonome (énergie, alimentation, santé, culture).
8/ Ne plus être un robot : rire, danser, chanter, dessiner, fumer, boire, partager, découvrir, etc.

">

texte libre au milieu à droite

">

les vrais liens TOUS