Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
http://miiraslimake.hautetfort.com/

">

puisque le nouvel over-blog est une vraie merde mon futur blog sera (y aller regarder dès maintenant) : http://miiraslimake.eklablog.com
QuAnd celui-ci s'arrêtera il faudra aller chercher la suite à cette adresse
VOXimage.png

  "Sur vojo de l'vivo nun vagas mi sola,
Senzorge al kie la tempo min blovas;
Ĉar, kvankam min celus eĉ vorto konsola,
En aĝ' mia nuna mi vivi ne povas" (Edmond Privat)Presidentielles 2012 sortie de l'euro 
Union populaire republicaine
q uand ce blog s'arrêtera il faudra aller le chercher sur cette adresseand celui-ci s'arrêtera il faudra aller le chercher à cette adresse

Texte Libre 1 en-tête

VIVE LE MRAP ! VIVE LES CATHOLIQUES !

le scandale du siècle Durant 50 ans on a cultivé l'horreur de l'URSS son totalitarisme, sa barbarie cauteleuse, ses flics puants, son intrusion dans la vie privée des gens, on nous a fait peur de ce contre-modèle c'était l'abomination le danger qu'on opposait à nos pays civilisés et libres Et dire qu'on était prêt à faire la guerre pour ne pas tomber dans une telle société maintenant on les imite! en pire ! u-p-r Asselineau le seul qui interdira les RFID LA Banque Centrale Européenne n'est « INDÉPENDANTE » que d'une seule chose : DU SUFFRAGE UNIVERSEL  Arnaques de la GRANDE DISTRIBUTION Turquie état policier barbare pour nos enfants nos familles la société Refus TOTAL directive scélérate Les américains ont PEUR de s'indigner c'est le but recherché Morts etat-d'Anne  LES MOTS argument de mouton fasciste DEFENSE des DATES seuls ceux qui ont connu ça comprennent horreur Mépris des gens atteintes à leur dignité et conditions de vie ce qui viendra après LES LABOS  Marksaj studoj

à BAS l'invasion amerloque ! à bas l'anglicisation obsessionnelle d'OVER-BLOG !!!

Recherche

Texte libre 2 en bas à droite

Un seul Etat ce n'est pas l'apocalypse ni la fin du monde

on n'avait plus entendu ce genre de propos depuis la fin de l'URSS et du KGB

avant la purification ethnique 
v"ce qu'il y a de terrible quand on cherche la vérité c'est qu'on la trouve"
v Kawther Salam
ECOUTER en LISANT:

un peu de métaphysique

un chagrin insondable

v Shajarian :

Kazi Nazrul Islam le grand poète bengali


Dum vivas mi :

*Le Temps des Fleurs (et le temps où Dalida vivait)

* Un jour tu verras 

Steve Reich:

 

BRUCH le plus puissant concerto 

Ils disent

 Natacha Atlas :


Savoir, résister, avant qu'il ne soit trop tard

des choses que vous n'avez pas vues à la télé

(que réfléchissent ceux qui se chauffent au fuel: Est-ce que vous retrouvez vos chaudières effondrées après une nuit de fonctionnement?)

v la fatwav les humanistes commencent à prendre peurv Espace Libre

par exemple

les "experts" en qui on met notre confiance sont achetés et mententv

SAVEZ-VOUS QUE MAINTENANT IL Y A UN DICTIONNAIRE chinois- français SUR INTERNET ?

v sud de l'Iran
v les couleurs de l'INDE

v mousselines: "vents tissés" disaient les romains

histoire de l'INDE - 1ère partie

nostalgie d'Alger

l'argentine  est un des plus beaux pays au monde
v à la frontière Sino-Mongolev monts Altaï en Sibérie:  Fabuleux !v la Pologne

on vous donne des idées caricaturales sur les gens,
les trouvez-vous vraiment "constipés" ces iraniens? :
sauf comme tout le monde quand ils sont sur la  tombe de leur mère

v devant une logique comme celle-là le refus doit être total ! v  

Un texte capital à lire "comme boivent les poules: en relevant fréquemment la tête pour faire couler" : Le racisme anti-pauvres

toutes les espèces végétales et animales aves liens images etc
 SEA SHEPHERD

La végétation d'Uruguay

TOUTE l'actualité scientifique

DANIEL faisait partie du "Mouvement du Graal"en mémoire de lui les voici

présentation

 

v ATTRACTEURS ETRANGES v fractales v Morphogénèse

v NOUVEAU ! Un portail sur le monde musulman

carnets de poésie

Comte-Sponville

MES PIEDS SE SONT SEPARES DE TES PIEDS

La nature vampirique du capitalisme actuel qui vit de suçer la vie des êtres et des peuples":
Le capitalisme est devenu le plus grand ennemi de  l'individu
vie cauchemardesque des américains de classe moyenne
v une vision autoritaire et monochrome de la société


archives totales ">

texte libre 3 = vrai accès aux archiv

16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 10:39
Cette femme, Hedy Epstein est juive, née à Fribourg en Allemagne, elle est la seule survivante de sa famille, et n'a aucune leçon à recevoir des terroristes intellectuels de la chasse à l'antisémitisme. Quand elle es allée pour la première fois en Palestine, un soldat israélinen lui a dit "tou juif qui va à Ramallah va se faire couper en deux" En fait elle en revenait ! et bien loin de s'être fait couper en deux, dit-elle " l'hospitalité qui m'a été donnée par ces deux familles, de même que par d'autres familles palestiniennes à d?autres endroits, est sans commune mesure avec l'hospitalité que l'on m'a jamais donnée ailleurs, n?importe où dans le monde. J'ai toujours précisé, dès le début, que je suis juive, et cela n?a jamais fait la moindre différence."  et elle conclut: "Mes vrais ennemis ont été les Israéliens. Ce sont eux qui m?ont traitée de façon misérable et douloureuse. "
(comme ils traitent de façon misérable et douloureuse tous ceux qui prennent la défense des palestiniens.
une autre phrase importante (il y en a des tas dans cet entretient!) est celle-ci: " il y a ceux pour qui Israël est toujours la victime, et les Palestiniens toujours les terroristes. Ils ne comprennent pas réellement, ils ne posent pas réellement de questions, et ils ne veulent pas savoir ce qui se passe en réalité"
C'est là qu'on se souvient de la phrase de Ray Bradbury (dans son roman "La Foire des Ténèbres"): "Oui vraiment c'est connaître qui est le bien, ne pas conaître, ou refuser de connaître c'est le mal  ou la source du mal."

Donc écoutez ce qu'elle a à dire sur le comportement du régime israélien et sur la "vie" que mênent les palestiniens.

"Je n'étais pas préparée à toutes les horreurs que j'ai vues"
Entretien d'Hedy Epstein

par Silvia Cattori

 

Hedy Epstein, âgée aujourd'hui de 82 ans, est née à Freiburg, en Allemagne, en 1924 (1), et vivait à Kippenheim, un village situé à environ 30 km au nord de Freiburg. Elle est l'unique enfant de parents qui sont morts dans les camps d?extermination nazis. Elle n'a jamais cessé de lutter en faveur des droits et pour la dignité de tous les êtres humains.

En 2003, Hedy a décidé de se rendre en Palestine. Elle est revenue terriblement choquée de ce qu'elle y a vu: des femmes et des enfants palestiniens sans défense, tout un peuple brutalisé, enfermé dans des ghettos.

 

Ayant appris à aimer tous ces gens qu'elle avait rencontrés, elle est revenue déterminée à témoigner des injustices que subissent les Palestiniens dépossédés de leur terre et chassés de leurs maisons où ils avaient vécu pendant des siècles.

 

Rien de ce qui a été fait, aucune protestation n'a jusqu'ici empêché Israël de poursuivre le traitement qu'il inflige aux Palestiniens. Au contraire, constatant, lors de ses visites en Palestine, que la répression israélienne n'a jamais cessé de s'accentuer, Hedy Epstein a résolu de se joindre aux autres défenseurs des droits humains qui vont embarquer pour Gaza sur le bateau FREE GAZA(2) à la fin de l?été. Leur objectif est de demander que justice soit rendue aux Palestiniens ainsi que réparation par les Israéliens pour ces 60 années d?oppression.

 
Silvia Cattori : Vous avez consacré toute votre vie à lutter pour aider les faibles et réclamer justice. Mais, depuis 2003, vous vous êtes encore davantage engagée en réclamant justice pour les Palestiniens en particulier. J'ai compris que vous vous apprêtiez à prendre certains risques pour rendre le monde conscient des crimes qui sont perpétrés contre eux !?

 

Hedy Epstein : En effet, j'ai été invitée par les organisateurs à embarquer sur le bateau FREE GAZA; et je me sens honorée par cette invitation (3).

 

Silvia Cattori : Pénétrer dans les eaux de Gaza en compagnie de militants pacifistes palestiniens, israéliens, et internationaux, est assurément un magnifique projet; mais cette entreprise n'est-elle pas lourde de dangers? N?êtes-vous pas inquiète de participer à une telle expédition ?

 

Hedy Epstein : Bien sûr, j'ai quelques inquiétudes. Mais la vie peut-elle m'assurer que rien ne m'arrivera ici ? Vous savez, demain matin, en sortant du lit, je pourrais être si endormie que je trébuche, tombe à terre et me rompe le dos. Alors, que vais-je faire, rester au lit pour le reste de ma vie ? Certainement pas.

 

Il n'y a pas de garanties dans la vie. Peut-être ne devrait-on pas se mettre en situation de danger. Mais ma participation n?est qu?une petite contribution, comparée aux souffrances que les Palestiniens endurent journellement. Et si, par cette action, nous pouvons dire au monde ce qui se passe là-bas, alors cela vaut la peine d'y aller. J'ai 82 ans, et j'ai vécu, le plus souvent, une bonne vie. Qu'il me soit permis d'apporter une contribution avant qu'il ne soit trop tard.

 

Silvia Cattori : Le voyage de ce bateau pour Gaza coïncide avec le 60ième anniversaire du départ de Marseille de l'EXODUS. Ne pensez-vous pas que votre présence dans un bateau se rendant sur la même terre que l'EXODUS va vous exposer à des critiques ?

 

Hedy Epstein : Non. Ce que je fais est ce en quoi je crois, et ce pourquoi je me bats. Dans certains milieux, en particulier au sein du courant dominant de la communauté juive, je passe pour une traîtresse, pour une « Juive qui a la haine de soi ». Cela n'a aucun sens. Je n'ai pas de haine pour moi-même voyons! Il y a quelques années, le directeur d'un quotidien juif m'a dit que je n'aurais pas dû aller en Palestine. Que j'aurais plutôt dû aller en Israël, comme volontaire dans un hôpital où étaient soignées les victimes d'un attentat suicide palestinien.

 

Je lui ai répondu que je serais heureuse d'y travailler comme volontaire mais que, si j'allais apporter mon aide dans un hôpital israélien, accepterait-il d'aller dans un hôpital palestinien pour aider les gens qui avaient été blessés à la suite d'agressions israéliennes ? Il était épouvanté. ? En Palestine ??. Je lui ai dit ?Oui, j'y suis allée, alors vous pouvez aussi y aller et, quand vous l'aurez fait, je serai heureuse de travailler dans un hôpital israélien?. Il y a déjà plusieurs années de cela, et je n'ai plus jamais rien entendu de sa part.

 

Silvia Cattori : Pourquoi avez-vous choisi de militer pour une cause où la quasi totalité des Israéliens est à l'opposé de votre engagement ?

 

Hedy Epstein : Permettez-moi de vous parler un peu de mon passé, pour que vous compreniez pourquoi je suis arrivée où je suis aujourd'hui. Je suis née en Allemagne, dans une famille juive. J'avais huit ans quand Hitler est arrivé au pouvoir. Mes parents se sont rapidement rendu compte que l'Allemagne n'était plus un endroit sûr pour y rester et élever une famille. Ils étaient prêts à aller n'importe où, et ils ont désespérément cherché à partir. Mais ils ne seraient JAMAIS allés en Palestine, parce qu'ils étaient d'ardents anti-sionistes.

 

A cette époque, je ne comprenais pas ce qu'était le sionisme, et ce que pouvait signifier être anti-sioniste, mais je savais que, dans le village où je vivais ? qui était Kippenheim, au sud-ouest de l'Allemagne ? il y avait un groupe de jeunes sionistes, et que mes parents ne me permettaient pas de m?y associer. J?étais le seul enfant juif de ce village à ne pas faire partie de ce groupe. Comme mes parents étaient d?ardents antisionistes, et bien que je ne comprisse pas ce que cela signifiait réellement, j?étais moi aussi une ardente antisioniste.

 

Par la suite, en 1939, grâce au grand amour que mes parents avaient pour moi, j?ai pu quitter l'Allemagne pour l'Angleterre avec un convoi d'enfants (Kindertransport). Le jour de mon départ, en mai 1939, a été la dernière fois que j'ai vu mes parents et d'autres membres de ma famille. Ils sont tous morts dans des camps. Je suis venue m'établir aux Etats-Unis en mai 1948, à peu près au même moment où Israël est devenu un Etat.

 

J?avais, à ce sujet, des sentiments mélangés. D'un côté j'étais très heureuse qu?il y ait un lieu où aller pour les gens qui avaient survécu à l?holocauste et qui, peut-être, ne voulaient ou ne pouvaient pas retourner sur leurs lieux d?origine, et d?un autre côté, me souvenant de l?ardent anti-sionisme de mes parents, je craignais que, par la suite, il ne sorte rien de bon de tout cela. Ce que cela pourrait être, je ne pouvais même pas l?imaginer. Cependant, je venais d?arriver aux Etats-Unis et il y avait de nouvelles choses à apprendre. Ainsi, Israël était à l?arrière plan de mes intérêts et il y est resté pendant des années.

 

C'est en 1982 que j?ai eu le choc qui m'a personnellement réveillée: les terribles massacres dans les deux camps de réfugiés de Sabra et Chatila, au Liban. J?ai eu besoin de comprendre ce que signifiait cette tragédie, pourquoi elle était arrivée, et qui en était responsable. Puis, après l'avoir compris, j'ai éprouvé le besoin d?en savoir plus sur ce qui s'était passé entre 1948, l?année où Israël est devenu un Etat, et 1982 à Sabra et Chatila. Plus j?en apprenais, et plus j?étais perturbée par ce que le gouvernement israélien était en train de faire, et de faire en mon nom.

 

Ainsi, plus je comprenais, plus je me mettais à m'exprimer publiquement contre les politiques et les pratiques du gouvernement israélien à l?égard du peuple palestinien.

 

Puis, en décembre 2003, je suis allée en Palestine.

 

Silvia Cattori : Vous n?étiez jamais allée en Israël auparavant ?

 

Hedy Epstein: J'y étais allée en 1981 pour participer à la première  et probablement la seule  rencontre internationale de survivants de l'holocauste. Ce ne fut pas une expérience heureuse pour moi. J'ai découvert que les survivants qui participaient à cette rencontre semblaient être en compétition les uns vis-à-vis des autres sur le point de savoir qui avait le plus souffert. Ils disaient ?Où étiez-vous, dans quel camp??. Et, quelle que soit la réponse, la personne qui avait posé la question disait: ?Oh, où vous étiez, ce n?était rien ; c?était bien pire là où je me trouvais! ? Pourquoi se disputer pour savoir qui a le plus souffert? Chacun d?eux avait souffert et, c'est vrai, certains d'entre eux avaient souffert plus que d?autres, mais on n?a pas à se disputer à ce sujet.

 

On nous a emmenés en excursion, et les gens, dans le bus, demandaient:

 

?Qui vit à cet endroit??

 

?Ce sont des Juifs?.

 

?Oh, c?est magnifique, les jardins sont magnifiques. Et qui vit par ici??

 

?Ce sont des Palestiniens?.

 

?Oh, ça pue, ça sent mauvais, c'est terrible, c'est sale ?.

 

En fait, les fenêtres du bus étaient fermées et, même si elles avaient été ouvertes, on n'aurait rien pu sentir dans le bus. Cela me perturbait, cette sorte de discrimination et ces commentaires contre les Palestiniens qu'ils ne connaissaient même pas. Voilà pourquoi cela ne fut pas une heureuse expérience pour moi. Elle m'a laissé une très mauvaise impression, et je ne suis jamais retournée.

 

En septembre 2003, j'ai participé, à Saint Louis au Missouri, à une veille hebdomadaire contre la guerre en Irak. Nous avions commencé ces veilles, chaque dimanche, bien avant le début de la guerre, juste après le 11 septembre. Une de mes amies, qui se tenait à côté de moi, m'a demandé ?Avez-vous jamais pensé à aller en Palestine??

 

J'ai été à la fois choquée et surprise par ma réponse qui était: "Oui, j'y vais?. En fait, je n'avais fait aucun plan pour y aller mais, peut-être que, dans ma tête, inconsciemment, j?y pensais depuis longtemps et je m'étais préparée à y aller. En décembre 2003, l?amie qui m?avait posé la question, deux autres femmes et moi-même, sommes allées en Palestine pour la première fois. J'y suis retournée en 2004, 2005 et 2006; et j'espère aller à Gaza cette année.

 

Silvia Cattori : Cela a-t-il été une expérience difficile pour vous ?

 

Hedy Epstein. Je n'étais vraiment pas préparée à toutes les horreurs que j'ai vues. Par exemple, j'avais entendu parler des check points. Et je pensais qu'un check point était quelque chose comme un poste de péage sur une autoroute aux Etats-Unis. Ce n'est pas du tout comme cela. Et cela devenait pire à chaque fois que je suis retournée. Ce qu'ils sont maintenant, cela me fait penser aux endroits où l'on rassemble les animaux pour les mener à l'abattoir, c'est tout aussi humiliant.

 

Permettez-moi de partager une expérience que j'ai eue, la première fois que je suis allée en Palestine. Nous étions à un check point près de Ramallah. Un réserviste israélien, qui devait être dans la quarantaine ou au début de la cinquantaine, m'a posé quelques questions ; il a regardé mon passeport, puis il m'a demandé si j'étais juive et je lui ai répondu que je l?étais. Puis il m'a demandé si j?étais jamais allée à Ramallah. Avant même que je puisse répondre, il m'a lancé, sur un ton très irrité : "Ne savez-vous pas que tout Juif qui va à Ramallah va se faire couper en deux?" Et il a passé quatre fois ses mains à la hauteur de sa taille en répétant quatre fois : "Il va se faire couper en deux".

 

Mais je revenais tout juste de Ramallah où j'avais séjourné dans deux familles palestiniennes différentes et où, de toute évidence, on ne m?avait pas coupée en deux. En réalité, l?hospitalité qui m'a été donnée par ces deux familles, de même que par d?autres familles palestiniennes à d'autres endroits, est sans commune mesure avec l?hospitalité que l?on m'a jamais donnée ailleurs, n'importe où dans le monde. J'ai toujours précisé, dès le début, que je suis juive, et cela n'a jamais fait la moindre différence. Qui que ce soit que j?aie rencontré, qu'il s'agisse de familles avec lesquelles j'ai vécu, ou de gens dans la rue, quand je leur disais que je suis juive, cela n'a jamais changé leur comportement. Eux, comme moi, refusaient d?être ennemis. Mes vrais ennemis ont été les Israéliens. Ce sont eux qui m?ont traitée de façon misérable et douloureuse.

 

Silvia Cattori : C'était un choc pour vous de découvrir que les soldats israéliens humilient et brutalisent les Palestiniens d'une façon si inhumaine ?

 

Hedy Epstein : C'est exact. Dans un sens, je suis triste pour les soldats israéliens qui sont en Palestine, à cause de ce que cela leur fait. Quelle sorte d'hommes vont-ils devenir quand ils quitteront l'armée ? Vont-ils maltraiter leurs enfants, leurs femmes, parce qu'ils ont pris l'habitude de maltraiter les Palestiniens ? Cela doit leur causer un mal terrible. L'occupation, et tout ce chaos quelle génère, doit cesser, non seulement dans l?intérêt des Palestiniens, mais aussi dans l'intérêt des Israéliens.

 

Silvia Cattori : Vous-même, n?avez-vous pas été brutalisée par des agents de police en Israël ?

 

Hedy Epstein : Oui, je l'ai été. Je me trouvais à l'aéroport Ben Gourion en janvier 2004. Je revenais des territoires occupés en compagnie d'une autre femme. Lorsque nous sommes arrivées à l'aéroport, le premier agent de sécurité que nous avons rencontré nous a séparées. Il a demandé à mon amie d?aller à droite, il m'a demandé d'aller à gauche. J?essayais de comprendre le sens de cet ordre et j?ai pensé que, peut-être, c?était parce que mon amie est chrétienne et que les chrétiens vont à droite et les juifs à gauche ? Quand je suis arrivée au contrôle des passeports et que j?ai donné les pièces d?identité et mon billet, l?employée qui était là a tapé quelque chose sur son ordinateur et soudainement, comme s?ils avaient surgi du sol, deux hommes se sont trouvés à mes côtés : "Nous sommes des agents de la sécurité". Comme leurs badges étaient tournés à l?envers, je leur ai demandé "Quels sont vos noms?" mais ils sont restés silencieux.

 

On m?a emmenée à un endroit dont j?ai découvert par la suite qu?il s?agissait du poste de police de l?aéroport. On m?a demandé d?entrer dans une petite cabine installée dans une pièce plus grande, et j?ai dû enlever mes chaussures qui ont été emportées quelque part pour être passées aux rayons X. On m?a palpée du haut en bas, passé un détecteur sur le corps, puis on m?a demandé de me déshabiller. J?ai protesté "Vous n?avez pas le droit de me demander de faire ça, je veux un avocat" et la femme m?a répondu: "Bien sûr, vous pouvez avoir un avocat mais vous allez être détenue au centre de détention de l?aéroport jusqu?à ce que vous en ayez trouvé un".

 

Comment aurais-je bien pu trouver un avocat, alors qu?on m?avait pris mon téléphone portable et que je n?avais plus aucun moyen de contacter qui que ce soit à l?extérieur ? J?étais aussi préoccupée par le sort de mon amie. Etait-elle en train de subir la même chose que moi ? L?une d?entre nous devait sortir d?ici pour aider l?autre et peut-être que cela m?incombait. Alors j'ai accepté de me déshabiller. Non seulement j?ai dû me déshabiller devant cette jeune femme qui devait avoir 22 ans mais, après que ce fut fait, elle m?a demandé de me pencher en avant. Je me suis écriée : "Pourquoi?" et elle m'a dit: "Parce que nous devons vous examiner à l'intérieur". Jamais je ne m'étais sentie aussi en colère et aussi bouleversée qu?à ce moment là. "Pourquoi faites-vous ça?", ai-je demandé. Elle a répondu: "Parce que vous êtes une terroriste, vous êtes un risque pour la sécurité."

 

Pendant ce temps, ils inspectaient chaque objet de mon bagage. Après que je sois sortie de cette cabine et que je me sois rhabillée, ils étaient encore en train de le fouiller. Ayant enfin terminé, ils m?ont dit : "Vous pouvez remballer vos affaires." J'étais si furieuse que je leur ai répondu: "Vous les avez déballées, vous les remballez."

 

J'observais également ce qui se passait avec d'autres gens qui étaient dans ce poste de police. Il y avait une jeune femme avec un petit bébé d'environ sept ou huit mois. Alors qu'ils fouillaient ses bagages, le bébé s'est mis à pleurer et elle voulait le calmer en lui donnant de la nourriture qu'elle avait prise avec elle. Ils ont refusé de la laisser nourrir le bébé. Je lui ai parlé brièvement et elle m'a dit: "Je suis israélienne, je suis juive, je suis née en Israël mais je vis en Angleterre et, probablement, ce qui m'arrive, à moi et à mon bébé, est une punition qu'on m'inflige parce que j'ai quitté Israël".

 

Silvia Cattori : Pourquoi ces policiers vous ont-ils traitée d'une façon aussi humiliante? Ont-ils voulu vous punir parce que vous avez pris le parti de leurs victimes ?

 

Hedy Epstein : Probablement pas seulement parce que je suis allée en Palestine, mais à cause de ce que j'y ai fait et de ce que j'y ai vu. J'ai participé à des manifestations contre l'occupation et cela fait de moi, je suppose, un risque pour la sécurité, donc une terroriste. La résistance pacifique et non violente, les Israéliens considèrent généralement que c'est du terrorisme. Et pourtant, ce qu'ils font en réponse à la résistance pacifique et non violente, c'est cela le vrai terrorisme, parce qu'ils lancent des gaz lacrymogènes sur les manifestants, qui sont des Israéliens, des Palestiniens et des internationaux. Ils utilisent ce qu'ils appellent des balles en caoutchouc, mais ce ne sont pas des balles en caoutchouc, ce sont des balles métalliques enrobées d'une très fine couche de caoutchouc qui peuvent vous tuer; ils utilisent aussi de la munition de guerre et des canons à eau.

 

J?ai fait l?expérience de tout cela, bien entendu, quand, en 2005, j?ai participé à nouveau à une résistance non violente dans le village de Bi?lin, en Palestine. Une bombe assourdissante a explosé juste à côté de moi, ce qui m?a fait perdre partiellement l?ouïe.

 

Mais ce n?est pas grand-chose comparé à ce que les Palestiniens doivent endurer chaque jour, chaque nuit, à chaque minute. Ils sont dans une prison, ce sont des prisonniers. Moi, je peux partir chaque fois que je le veux. Les agents de la sécurité israélienne peuvent bien me retenir pendant quelques heures à l'aéroport mais, au bout du compte, je peux partir.

 

Silvia Cattori : Comment ont-ils pu faire subir tout cela à une charmante lady comme vous ? En êtes-vous ressortie bouleversée par leur violence à votre égard ?

 

 

Hedy Epstein : Oui. Mais les mauvais traitements qu'ils m'ont infligés ne vont pas m'arrêter. Ils voulaient peut-être me décourager de revenir en Palestine mais, bien sûr, je suis revenue, et je vais encore revenir.

 

Silvia Cattori : Après cette pénible épreuve, lorsque, à votre retour aux Etats-Unis, vous avez raconté ce que vous aviez vu, les gens vous ont-ils cru ?

 

Hedy Epstein: Certains ont cru à ce que je disais mais, à côté de ceux-là, au sein du courant dominant de la communauté juive, il y a ceux pour qui Israël est toujours la victime, et les Palestiniens toujours les terroristes. Ils ne comprennent pas réellement, ils ne posent pas réellement de questions, et ils ne veulent pas savoir ce qui se passe en réalité. J'ai pris un engagement vis-à-vis des Palestiniens que j?ai rencontrés, et qui m'ont tous demandé "Quand vous serez rentrée aux Etats-Unis, s'il vous plaît, dites au peuple américain ce que vous avez vu et quelle a été votre expérience".

 

J'ai donc pris cet engagement et je saisis chaque occasion de parler de ce que j'ai vu et de l?expérience que j'ai vécue. Parce que le peuple américain ne sait pas. Il y a des gens, au sein de ce courant dominant de la communauté juive, qui veulent me faire taire. Mais cela n?arrivera pas. Ils peuvent bien me décrier mais je vais honorer mon engagement à l?égard des Palestiniens.

 

Silvia Cattori : En tant que survivante de l'holocauste, n'est-il pas plus inconfortable de dénoncer la brutalité exercée par les occupants israéliens contre le peuple palestinien ?

 

Hedy Epstein : Je n'ai jamais été dans un camp grâce au sacrifice de mes parents qui m?ont fait sortir d'Allemagne et, de ce fait, je n'ai jamais eu la pire sorte d'expérience que les survivants ont eue, mais je sais ce que cela signifie que d'être en butte à la discrimination. Je connaissais les intentions meurtrières d'Hitler entre 1933 et 1939, période pendant laquelle mon père fut envoyé dans le camp de concentration de Dachau, en 1938. Il en était revenu, après quatre semaines, mais ce n'était plus le père que j'avais connu : c'était un vieil homme brisé.

 

Et, parce que je sais ce que cela signifie, je me sens le devoir et la responsabilité de combattre les injustices dont sont victimes d'autres gens. Il y a des problèmes partout dans le monde et je ne puis pas tout faire ; mais j'ai décidé que le traitement infligé par le gouvernement israélien au peuple palestinien était une situation grave contre laquelle je devais protester; et je vais continuer de faire tout ce que je peux.

 

Pour les survivants de l'holocauste, la devise a toujours été "Plus jamais ça", et "Se souvenir". Et, en ce qui concerne "Se souvenir", j'ai certainement fait ma part. Mais "Se souvenir" doit aussi inclure une perspective pour le présent et pour l'avenir. On ne peut pas s'arrêter à "Se souvenir" et à dire "Plus jamais ça" en entendant par là, probablement : seulement pour les juifs. Quand je me suis trouvée à côté de ce terrible mur de béton haut de 25 pieds qu'Israël a construit, j'ai pensé : Mon Dieu, voilà ce que les juifs sont en train de faire, les juifs qui autrefois étaient enfermés derrière des murs sont en train de construire un mur, et de mettre les Palestiniens derrière ce mur, et de détruire en même temps des bâtiments, des maisons, des puits palestiniens. Mais ils ne pourront jamais détruire l'espoir des Palestiniens, parce que ce peuple est étonnamment endurant et courageux.

 

Silvia Cattori : J'imagine qu'après ces découvertes douloureuses, votre vie a été bouleversée ! Et que vous éprouvez aujourd'hui le besoin de retourner sur les lieux de ce traumatisme ?

 

Hedy Epstein : Oui. J'ai besoin de retourner là bas pour tester ce qu'Israël affirme quand il dit qu'il n''occupe plus Gaza, que Gaza est libre. Si vraiment les forces israéliennes ne sont plus à Gaza, je devrais pouvoir y aller cet été. Et si je suis empêchée d'y aller, ou si j'ai des difficultés à y aller, cela dévoilera aux yeux du monde le mensonge que les autorités israéliennes essayent d'accréditer en disant qu?ils ne sont plus à Gaza. S?ils n?y sont plus, pourquoi m'empêcheraient-ils d?y aller ? C?est une manière de test.

 

Silvia Cattori : Pensez-vous que les choses vont aller de mal en pis, que rien ne changera tant que le mouvement de solidarité n'adoptera pas des mesures plus ferme envers Israël ?

 

Hedy Epstein : Vous ne savez jamais si ce que vous faites va avoir un résultat. Donc vous devez continuer d'essayer, ne pas abandonner, tenter quelque chose de différent, et cette action est certainement originale. Elle peut être à même d'attirer l'attention des citoyens du monde et, peut-être pour la première fois, ouvrir leurs yeux, leurs oreilles et leurs esprits pour qu'ils voient ce qui se passe réellement à Gaza.

 

Silvia Cattori : La plupart de ceux qui s'expriment sur ce qui se passe en Palestine se voient fréquemment accusés par les pro-israéliens d'être des « antisémites » ; avez-vous tenté d'expliquer qu'il s'agit là d'un comportement erroné ?

 

Hedy Epstein : Je pense que, pour les chrétiens et les musulmans, mais particulièrement pour les chrétiens, c'est très difficile, beaucoup plus difficile que pour moi qui suis juive. S'ils dénoncent les politiques et les pratiques du gouvernement israélien, ils se voient automatiquement qualifiés d'antisémites. Alors qu'il est ridicule de me qualifier d'antisémite; je suis sémite, alors pourquoi serais-je contre moi-même? Cela est également vrai pour les Arabes. Ils SONT sémites. Mais, pour les chrétiens, je pense que c'est très difficile, beaucoup plus difficile, parce qu'il est vrai que certains chrétiens ont été antisémites; ainsi, quand ils critiquent ce que fait Israël, cela fait automatiquement d'eux des antisémites aux yeux de certains juifs.

 

Silvia Cattori : Que dites-vous à ceux qui vous accusent « d'antisémitisme » ?

 

Hedy Epstein : Je n'ai pas réussi à atteindre beaucoup d'organisations juives ; elles ne veulent pas m'entendre. Je ne suis donc pas parvenue à leur faire entendre ce qu'Israël commet en leur nom. Quand j'ai été invitée à parler à des groupes chrétiens, ou à des groupes non juifs, ou à des groupes musulmans, j'ai toujours été reçue avec beaucoup d'affection, de politesse, et d'amitié.

 

Silvia Cattori : J'ai compris que votre grande préoccupation est d'essayer de rendre les gens de confession juive, et les organisations juives qui s'alignent sur Israël, plus conscients du fait qu'ils vont dans la mauvaise direction en refusant de reconnaître les souffrances des Palestiniens et leur droit à la dignité ?

 

Hedy Epstein : S'ils aiment réellement Israël, comme ils le disent, et qu'ils veulent assurer son avenir, ils devraient ouvrir leurs yeux et leurs esprits, et voir ce qu'Israël est en train de faire, et à quel point ce qu'il fait est néfaste. Si les Israéliens veulent vivre en sécurité, ils doivent changer de cap, arrêter les discriminations et les attaques contre le peuple palestinien ; et alors les deux peuples pourront vivre en paix et en harmonie. C'est réellement ce que la plupart d'entre eux souhaitent, mais Israël bloque toujours le chemin, avec le soutien de la communauté juive américaine et du gouvernement américain. Ce qu'ils font est une erreur ; cela va à sens contraire de ce qu'ils veulent obtenir.

 

Silvia Cattori : Vous attendez-vous à toucher le coeur des Israéliens par cette expédition en mer à laquelle vous aller vous joindre ? Pensez-vous que la plupart d'entre eux vont comprendre finalement que quelque chose doit changer, que la brutalité ne va rien résoudre ?

 

Hedy Epstein: Lorsque j'étais en Palestine, j'ai rencontré des soldats israéliens et j'ai saisi chaque occasion pour essayer de leur parler, de les interroger sur eux-mêmes, de leur demander qui ils étaient, ce qu'ils étaient en train de faire, et pourquoi ils le faisaient. J'ai essayé de les amener à parler d'eux-mêmes et de ce qu'ils éprouveraient si ce qu'ils font à d'autres concernait un membre de leur famille, leur grand-mère ou leur père, en leur disant: qu'éprouveriez-vous, et si vous ne voudriez pas que cela vous arrive, ne le faites pas à d'autres.

 

Silvia Cattori : Etaient-ils parfois disposés à vous écouter?

 

Hedy Epstein: Un seul soldat m'a dit "Je vais y réfléchir". S'il l'a fait ou pas, je ne le saurai jamais. Mais laissez-moi vous raconter une expérience amusante que j'ai eue avec un soldat israélien. Plusieurs d'entre nous essayaient de se rendre quelque part en Palestine. C'était un groupe qui faisait un film, auquel je m'étais jointe. Le matin, avant notre départ, nous avons déposé nos sacs à dos dans le car. J'ai aperçu un ballon de football dans le véhicule et j'ai demandé "Pourrais-je emprunter ce ballon?"

 

Ils m'ont dit "Oui, mais que voulez-vous en faire?" Je leur ai répondu "Je ne sais pas" et ils m'ont dit "Prenez-le". Ainsi, je me promenais avec ce ballon dans les mains quand nous sommes tombés sur un check point volant. Un check point volant n?est pas un check point régulier; ce sont quelques jeeps mises en place par les soldats à l?improviste pour bloquer la route et ne laisser passer personne. A nous tous qui étions Américains le soldat a dit que nous pouvions passer, mais pas le preneur de son. Il était Palestinien bien qu'ayant une carte d?identité israélienne, et il n'était pas autorisé à passer. Nous avons commencé à mendier et à plaider en sa faveur. Mais le soldat continuait à répéter "Non, il ne peut pas passer, le reste d'entre vous peut passer mais pas lui", et ainsi nous nous trouvions dans une impasse parce que nous n'allions pas partir sans lui. C'est alors que j'ai lancé le ballon au soldat qui me l'a relancé. Nous nous sommes renvoyé ce ballon pendant un petit moment et, soudain, le soldat a dit "OK, le preneur de son peut passer". C'était une fin heureuse mais qui montre aussi tout l?arbitraire de la décision.

 

Silvia Cattori : Cela vous rend optimiste sur les êtres humains?

 

Hedy Epstein: Eh bien, je peux vous dire que j'aurai une balle avec moi quand j'irai à Gaza. Pas un ballon de football, mais une petite balle.

 

Silvia Cattori : Vous serez donc sur l'eau cet été avec votre balle, en voyage pour Gaza. Ne craignez-vous pas que l'armée israélienne ne vous refoule brutalement ?

 

Hedy Epstein: Non. Les Israéliens m?ont déjà fait subir le pire quand ils m'ont « examinée à l'intérieur » à l'aéroport Ben Gourion, en janvier 2004. C'était le pire, et ils ne pourront jamais me faire sentir plus mal qu'ils l'ont fait alors. Cette fois, ils auront à fouiller 70 personnes.

 

Notes

1) http://www.hedyepstein.com/

2) www.freegaza.org

3) http://www.counterpunch.org/cattori06072007.html

http://www.voltairenet.org/article148842.html

Source:
http://www.antigone-net.net/


Interview de Mordechai Vanunu (il va retourner en prison!) :
http://www.voltairenet.org/article129626.html

Partager cet article

Repost 0
Published by R. Platteau - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

2CCR

ALAIN BENAJAM
un paysan de l'Allier

http://www.petitions24.net/forum/47277
 Quand on vit dans l'Europe actuelle,on comprend le dégoût et la haine que les gens d'Europe de l'Est avaient pris pour la langue russe
une effarante chape de plomb médiatique pèse sur le basculement linguistique en cours
    defenselanguefrancaise.org Aujourd'hui il y a sur les murs de Paris plus de mots anglais qu'il n'y avait de mots allemands pendant l'Occupation (Michel Serres) Seuls les banquiers peuvent voler le peuple en plein jour sans avoir la police aux trousses...Jovanovic : il faut NATIONALISER LES BANQUES sans aucune indemnité, et mettre au point un tribunal pour les traduire en justice

le NWO alias le N.O.M. = Nouvel Ordre Mafieux

M'ame MEDEF et la  police

Pièces et main d'oeuvre
Olivier Demelenaere

ANONYMOUS
CHISTOPHER BOLLYN 
 INFOSYRIE
TOUCHE PAS à MON LABO !
La misère a un sourire tu sais?  oui je sais
...
SaveFrom.net  
Réseau Voltaire France

Mon site en Espéranto
BASTAMAG

Il faudra bien tenter de trouver des réponses, même si celles-ci peuvent s’avérer explosives 

une vraie civilisation : CAHIERS DE COUTURE

le dissident de Genève

MANIPULATION TOTALITAIRE DIGNE DE L'URSS   Les millliards perdus du Pentagone

Le soupçon d'ue manipulation d'Etat

donner la parole au peuple

ESPERANTO

Le plus grand dictionnaire  espéranto-français en ligne !

FUMER TUE ! CRAC BOUM HUE !

pour écouter ci-dessous cliquer dans le rectangle noir !

tiens des femmes portant un "voile islamique"

dictionnaires multilingues, exemple

Tous ses nouveaux articles sont du plus haut interêt

ambiance de merde, société détraquée et psychosée, rumeur meurtrière, flicaille 1 mort innocent tué par la bétise des gens 

"Tout pouvoir corromp, tout pouvoir absolu corromp absolument" il n'y a pas de pire poison de PIRE en PIRE

 Les pilotes français des avions qui ont fait ça vont-ils être poursuivis par leur conscience pour le restant de leur vie  ? 

Kadhafi (القذافي) dans l'intimité

LABOURSTART

Les-diables-sont-déchainés

Earth Liberation Front

Front de Libération des Animaux

Phil Glass NIGHT TRAIN SaveFrom.net

Mendelssohn Menuhin Furwangler SaveFrom.net

BRAVE NEW WORLD

on réédite les erreurs des années 20 
Forces international

IMMONDE FRANCE transformée en cauchemar !créez des fonctionnaires
Saddam face à l'histoire  

le racisme est en dernière analyse un racisme anti-pauvres reflechissez ... à quand une assoc anti-raciste pour défendre ceux-ci ? ça risque pas: les assoc anti-racistes sont composées de riches et de bourgeois !  L'Occident va crever de ne plus se toucher 

DES GENS 15è arrond. Quand Paris était encore une ville du peuple
défendons la langue française
et les autres domo dico 

 

 

La vraie vie  reconnaitre les papillons  découvrir le monde des insectes: FABULEUX!
http://fauneflore06.site.voila.fr/pages/insecte/insecte.htm#Ordres 

tous les oiseaux leur chant etc

France actuelle: HORREUR ABSOLUE à quoi on nous prépare 

17 mesures d'URGENCE
le monde dont nous voulons le contraire de celui qu'on nous impose  tout ça va bientôt être INTERDIT par les arrêtés municipaux fascistes détraqués

http://dont-stop-the-chicha.skyrock.com/

"il va falloir reconnencer à sculpter les facades des maisons, à vivre dans le beau, pourquoi toujours la merde et la sous-merde ?!"

ne pas laisser tomber avant d’avoir commencé, nos enfants ont besoin de nous

dépéchez-vous avant que les règlements municipaux n'interdisent de mettre des plantes odoriférantes dans son jardin: semences BIO de fleurs et de légumes rares 

Joseph Moshe? on a retrouvé Joseph Moshe ! mais comment se fait-il qu'aucune date de liberation n'est indiquée, ni de jugement? et comment se fait-il qu'aucun journaliste n'a pris la peine d'aller le visiter pour en avoir le coeur net sur ce qu'il est?

Diana

Il y a eu 2 génocides, sauf que le deuxième n'a bénéficié d'aucune commémoration

http://www.parasciences.net/

CABANES DANS LES ARBRES

TOUTES LES GALAXIES !

KURT SONNENFELD

Bruxelles 11 septembre 2008

vidéo à regarder jusqu'au bout, c'est là que se trouve le plus important !!

petit à petit ça se sait LA NATURE DU CAPITALISME et la psychologie de ses "kapos"

Chute libre dans la barbarie tout citoyen français vit maintenant dans une insécurité de tout instant, à chaque moment un cauchemar ignoble peut s'abattre sur lui quand on vous disait de pire en pire contre ces horreurs, ce cancer qui ronge la FRANCE lapétition 

pour le receuil de témoignages

la France montrée du doigt par Amnesty International pour les excès de la police et  l’impunité dont jouissent leur auteurs (la Chine nous donne une leçon !)  faute de structure d’enquête indépendante et avec une justice plus prompte à classer les affaires qu’à les juger. et voilà un qui lâche le morceau et explique beaucoup de choses - un témoignage de l'intérieur! - plein d'exemples de cette mentalité Tout ça vient de leur impunité
 http://outre-vie.forum
poésie et astronomie

poésie de Francis Jammes
* discours anti-secte comme support de l’idéologie néolibérale *
apparitions en Egypte

 Daninos disait: "L'esprit, comme le parachute, doit être ouvert pour fonctionner."
* les OVNIs en Argentine 



la lettre de la vieille dame :

les Bistrots Résistants

NB : pour regarder cette vidéo il faut cliquer sur le titre "les Bistrots Résistants" en bleu sous le cadre, qui sert de lien avec le site Dailymotion. Là, la video fonctionne et peut être visionnée

 

Ne plus respecter les lois liberticides
 
Zygmunt Bauman
"On a beau parler des droits de l'homme, il faut d'abord respecter l'individu et sa liberté. Sinon, c'est du vent, un beau discours qui ne sert à rien à nous les vivants." (Gao Xingjian)

PAUVRE ARGENTINE!

SANS DROITS SANS VOIX

féroce inégalité des sexes ! quand cela cessera-t-il ?
l'affaire Fortin
halte à l'inhumanité du racisme anti-homme !

papillons  - en 2008  carabus coriaceus ?
oiseaux  dictionnaire HINDI

c'est délicieux  !

cuisine de Rosine
cuisine syrienne
v Merveilleux tableaux

vun miracle nommé Bubulle
une analyse sociologique lumineuse des dérives actuelles :

le critère? être minoritaire !!

"nos impôts utilisés à payer des hystériques qui traitent de secte tous ceux qui ne se soignent pas ou ne pensent pas comme tout le monde."dry.gif

la-delation-aveugle/

"L'enfer est pavé de bonnes intentions" v


">

texte libre 4 en haut à droite

texte libre n° 2 à droite au milieu

ECOUTER en LISANT: (Phil Glass)

années 50 époque moins constipée que maintenant qu'est-ce qu'on vous regrette !
Je suis un sentimental - Eddie Constantine SaveFrom.net

NOUVEAU:  ICI LES CHANTS DE TOUTES LES ESPECES D'OISEAUX DU MONDE ENTIER  

Voyages en ASIE

 

FLORE EN LIGNE !

identification des plantes

identification des fleurs composées (à capitule)

herbier très détaillé des espèces les plus courantes

 

IMMONDE ! on se croirait en URSS !

alors la frontière n'existe plus: http://www.maitrepo.com/a

Haïkus

jouer au TAROT : télécharger

rue Affre  

  Fabuleux ROSSINI SaveFrom.net
v Abdelhalim Hafez

v "ah  mais ça ne finira jamais"
v Je veux dire au monde une histoire
*pour découvrir le monde des insectes, FABULEUX!
http://fauneflore06.site.voila.fr/pages/insecte/insecte.htm#Ordres
c'est vrai, en France aussi on ne voit presque plus jamais de mouches! comment ça se fait?

tous les oiseaux, chants, etc

situation  terrifiante

v NOTRE PLANETE INFO

Que reste-t-il de la démocratie?
Une vraie société c'est ça

une évolution politique véritablement glaçante  

le vin le meilleur aliment anti-vieillissement:

¿Seremo entregados a los barbaros fieros?
¿Tantos milliones de hombres hablaremos inglés?
¿No hay mas nobles hidalgos ni bravos caballeros ?
¿Callaremos ahora para llorar despues? (Ruben Dario)

patriotisme pas mort vive la Russie !



Tites boules émotives pour vos commentaires
                                     
 
                

PLIAJ MIENETOJ

d'autres ici

nous ne sommes qu'une poignée à percevoir la gravité du phénomène et ses menaces sur les libertés individuelles.pureté et santé ces notions ont été un cocktail explosif chaque fois que l'Etat s'est focalisé névrotiquement dessus n'est-ce pas ?le tabac comme "rideau de fumée" 

le si beau et si expressif visage de barbara !  on aurait envie de le couvrir de baisers  "Quand reviendras-tu ?"

NB : pour regarder cette vidéo il faut cliquer sur le titre " Quand reviendras-tu?" en bleu au-dessus du cadre,ili sert de lien avec le site Dailymotion. Là, la video fonctionne et peut être visionnée



http://www.lipsheim.org/forum/agora/
*
éthique des bistrots versus milices 

1/ Ne plus être muet : faire circuler ces informations autour de soi.
2/ Ne plus financer la mondialisation : consommer uniquement local, régional, artisanal.
3/ Ne plus respecter les lois liberticides : désobéir.
4/ Ne plus consommer la propagande : jeter sa télévision et sa radio.
5/ Ne plus être invisible : parler, faire du situationisme, occuper la rue.
6/ Ne plus être un esclave : devenir paysan, artisan, commerçant, indépendant.
7/ Ne plus être dépendant : devenir autonome (énergie, alimentation, santé, culture).
8/ Ne plus être un robot : rire, danser, chanter, dessiner, fumer, boire, partager, découvrir, etc.

">

texte libre au milieu à droite

">

les vrais liens TOUS